Qui veut noyer son chien

... l'accuse d'être antisémite

Hantissem Mittor
Attention ! Ils sont partout sur Terre, et dans l'Univers !

Petite contrariété en ce début d’année. D’après les derniers standards, je serais antisémite.

Je n’ai rien contre les âmes de confession juive, qu’elles soient de France ou d’ailleurs. Je ne déteste pas l’état hébreu et je ne veux pas que les Arabes rejettent les Israéliens à la mer. Je ne pense pas que la Shoah soit de l’intox. Les chambres à gaz ne me font pas du tout rire, ni fantasmer, pas plus que les camps de concentration, ni aucune autre horreur perpétrée par les Nazis.

Je n’ai pas de haut-le-cœur chaque fois que je vois une kippa. Pas de crise d’hypertension quand je croise un chapeau noir et des papillotes. Le mot « youpin » ne fait pas partie de mon vocabulaire – ni parlé ni pensé – pas plus que « bougnoule », « métèque », « négro », « niak » etc.

Et pourtant, j’ai bien lu la presse, regardé la télévision, écouté la radio, surfé sur le web. Les nouvelles méthodes d’évaluation ne laissent aucune place au doute, tout indique que je serais antisémite. Je ne vais pas vous raconter d’histoire, ça m’embête un peu quand même.

Un papa, une maman, un papa et une maman, deux papas, deux mamans...

Photo de flickr par TheeErin CC-BY-NC-SA
Photo de flickr par TheeErin CC-BY-NC-SA

Nous vivons un débat qui oppose, soi-disant, deux visions de la famille. Certains souhaiteraient permettre à des couples homosexuels d'être tous deux parents d'un enfant, d'autres estiment que seuls un homme et une femme peuvent prétendre à ce statut.

Ces derniers argumentent que c'est pour le bien de l'enfant en question : un enfant doit avoir un papa et une maman !

Mais alors que dire des familles existantes où ce n'est pas le cas actuellement ?

Bonne année 2013 à ceux de la rue

 

Je sors de ma discrétion légendaire pour souhaiter aux gens une année 2013 pleine d'espoir et d'envies. Je suis mieux placé que quiconque pour savoir que cette nouvelle année s'annonce particulièrement rude. Après tous ceux qui sont déjà tombés, beaucoup tomberont à leur tour durant 2013. Je voudrais leur dire :

Accrochez-vous, continuez d'y croire ! Ne vous laissez pas gagner par la sinistrose. La crise, vous la ressentez au plus profond de vos vies, d'après ce que l'on m'a dit. Mais Madame, Monsieur, vous n'êtes pas seul(e) dans cette épreuve : sachez que des milliards de petites gens connaissent les mêmes problèmes.

American prayer

 

Seigneur miséricordieux, Seigneur tout-puissant,

Nous prions pour que Tu accueilles ces petits anges innocents. Seigneur, accueille leurs âmes innocentes et pures, ainsi que toutes les autres victimes de la folie de cet Adam Lanza, et que son âme sombre brûle en Enfer. Nous prions pour que les vingt-sept familles frappées par cette tragédie trouvent le réconfort dans la foi et Ton amour.

Nous prions pour que Ta volonté s'exprime, que plus jamais un fou ne s'attaque à des enfants. Seigneur, permets-nous de protéger ce que nous avons de plus cher : nos petits, mais aussi notre liberté, notre Constitution, notre culture. Ne laisse pas les esprits faibles s'égarer. Nous avons bâti la plus belle des nations chrétiennes avec nos mains, nos coeurs et nos fusils.

Le divorce pour tous

 

En ces sombres heures, je m'apprêtais à me fendre d'une oraison funèbre. Un truc poignant, dans le vibrato. A la Malraux, tiens !!!...  Et puis je me rendis compte que non. Il n'y a pas de mot pour exprimer le déchirement que je ressens là, au plus profond de moi-même.

Je me retourne et, en fermant les yeux, je contemple ces dix dernières années. Nous, Français, les appelions les Dix Merveilleuses. UMP mon amour. J'ouvre les yeux et regarde le champ de bataille, jonché de cadavres. Adieu mon amour.

Les petits pains au chocolat n'auront plus jamais le goût que tu leur donnas.

 

Masters and servants

La souplesse nécessaire

... à la prosternation

Le temps est à la négociation.

Les patrons proposent. Les syndicats refusent. Et ils contre-proposent. Les patrons contre-refusent. Depuis des décennies en Europe, c'est l'incontournable tradition en début de négociations sociales. Une fois ce rituel accompli, chacun cède, au fil des jours, un peu de terrain. On appelle cela la subtile stratégie des concessions.

Syndiquer le contenu