Oussama Ben Laden et Al Qaïda

La vitrine est en éclats. Le magasin aussi ?

Devoir d'inventaire d'une décennie belliqueuse

La mort de Ben Laden fera beaucoup parler, à n'en point douter. Comme ce fut le cas pour l'attentat du World Trade Center en 2001, l'anecdotique tiendra le haut du pavé, et les articles de fond se verront relégués au confidentiel. Dans les jours qui viennent, les gros titres s'articuleront sûrement autour des circonstances exactes de l'attaque américaine, de l'appropriation du cadavre de Ben Laden, de la nature exacte du rite musulman observé sur le porte-avions précédant l'immersion en mer de la dépouille. Peut-être même découvrira-t-on le visage de celui qui a logé une balle dans la tête de l'ennemi public n°1, et dans ce cas, il sera intronisé héros de l'Amérique. Les polémiques fleuriront, car elles s'épanouissent toujours dans le terreau du sensationnel.

Mais de manière plus discrète, d'autres interrogations naîtront de cet évènement. Des réflexions de fond sur la décennie passée, des analyses de ce qu'il reste de la mouvance Al Qaïda. J'attends avec impatience un inventaire des forces en présence. Le printemps arabe n'a pas vu éclore les revendications islamistes. Les peuples musulmans ne semblent pas réclamer pas la Charia. Etait-ce, avant même sa disparition physique, la mort politique de Ben Laden ?

Dans un avenir très proche, ceux qui soutiennent Al Qaïda feront entendre leur voix. Pas forcément à travers des attentats. Mais ils se manifesteront. Ce sera l'occasion d'un inventaire de l'héritage Ben Laden. Son capital politique est-il encore ce qu'il fut au début des années 2000 ? Peut-on encore parler de "fortune" ? Et si la mouvance islamiste radicale était aujourd'hui largement surestimée, et plutôt montée en épingle par la propagande des états d'Occident, empêtrés dans des conflits qui dépassent le cadre de la légitimité.

Personnellement, je n'en sais rien. Mais je le saurai très vite. S'il devait y avoir une raison pour laquelle je trouve importante la mort de Ben Laden, ce serait celle-là.