C'est normal que...

France3 vote avec un jour d'avance ?

Ce 5 mai 2012, à la veille du deuxième tour de l'élection présidentielle, le service Fictions de France3 a programmé un téléfilm retraçant un authentique conflit social, il y a une quarantaine d'années.

1973 dans le Doubs. LIP, le leader français de l'horlogerie est menacé de dépôt de bilan. Un repreneur suisse serait intéressé par le rachat de l'entreprise, mais uniquement accompagné d'un plan social, c'est-à-dire des licenciements massifs. Face à cette mesure, les ouvriers déclenchent une grève. La direction lâche les commandes de l'entreprise et suspend le paiement des salaires. L'Etat laisse pourrir la situation, en jouant la montre (sic: le jeu de mots est dans le film). Les grévistes décident alors d'assurer eux-mêmes la production et la vente des montres Lip. En gros, de se passer du patron.

Voilà pour le pitch. Si ça vous dit, jetez aussi un coup d'oeil aux extraits, représentatifs de l'ambiance du film.

A quelques heures de l'appel aux urnes, je ne demande pas à France3 de quel côté penche son coeur. Mais je ne trouve pas son choix très élégant alors que tout le monde n'a que les "valeurs de la République" à la bouche du matin au soir. Il faut bien le reconnaître: France Televisions l'a jouée "gros sabots" ce soir. Si en face, TF1 avait programmé "Good bye Lenine" de Wolfgang Becker, bien des gens l'aurait accusée de prosélytisme. Moi le premier.

Voilà. C'était mon grand cri de révolte du soir.