Comme dans les films de John Wayne...

Pas mort ! Blessé à l'épaule seulement

J'ai assisté au duel Sarkozy-Hollande. TF1 et France 2 l'ont d'ailleurs très bien vendu avant même qu'il ne commence. Il ne manquait plus qu'un petit air d'Ennio Morricone.

Et soudain dans la rue un inconnu vous offre des balles.

Du 9 mm.

Qu'est-ce que je peux dire ? Ils étaient tous deux bien armés. Ni l'un ni l'autre n'ont plaint les munitions. Au sortir du duel, ils sont tous deux blessés, mais aucun mortellement.

Hollande n'a pas flingué Sarkozy. Il a flingué Flanby.

Sarkozy n'a pas enterré Hollande. Il a enterré Flanby, lui aussi.

On savait notre président teigneux et pugnace. On le savait moins pour le candidat socialiste. Reste à savoir auquel des deux profitera cette surprise, articulée plus autour du tempérament de Hollande que de celui de Sarkozy. On pourrait penser que la surprise favorise celui qui l'a créée. Pas sûr...

Le Français a un goût naturel pour les forts en gueule, surtout quand il n'est que simple spectateur. Mais dès lors qu'il se sent lui-même en insécurité, il privilégie ce qu'il connaît.