Une fois les politesses démocratiques passées,

Si on passait aux mauvaises nouvelles ?

 

Ça y est, l'Assemblée Nationale vient de se prendre un direct du gauche. Elle n'en est pas morte.

Dans son nouveau costume rose-bonbon, le législateur travaillera désormais main dans la main avec le gouvernement pour redresser la situation économique de la France. Nous avons signé au PS un chèque en blanc. C'est lui qui a demandé le plus gentiment, tout au long de ces cinq dernières semaines.

Pendant cette même période, l'UMP a crié à l'apocalypse, le FN à l'envahisseur, le Front de Gauche à la vermine nazie. Nous sommes fatigués de tout ce bruit, des larsen idéologiques, des gesticulations de part et d'autre du podium politique.

Le PS, lui, n'a crié à rien. Calqué sur la zen-stratégie de l'ancien candidat Hollande, il a enfilé les généralités sur le thème : "La croissance c'est bien, l'injustice c'est mal". Apparemment, c'est ça que nous voulions entendre.

Au début de la campagne législative, la droite ne pouvait pas gueuler trop fort que nous sommes lancés à 200 km/h en direction du mur, vu que le chauffeur était UMP. La gauche ne pouvait pas trop le répéter non plus, vu qu'elle voulait prendre le volant, et qu'il fallait à tout prix inspirer confiance.

Très bien, résumons la situation : au soir de ce 17 juin 2012, nous avons remplacé le chauffeur dans un bus qui est lancé à 200 km/h en direction d'un mur. Celui d'un système économique qui est une ineptie, qui ne reconnaît de sens à rien, sinon que le fait de gagner de l'argent, peu importe les méthodes et les conséquences. Pour nous faire une idée de la marge de manoeuvre dont dispose notre nouveau pilote pour éviter le mur, il nous manque la réponse à une seule question : quelle est la distance qui nous sépare encore du mur ? Elle est d'autant plus difficile à estimer que chaque instant que nous consacrons au calcul nous rapproche du mur, et fausse la réponse.

La droite crie qu'on y est déjà, que c'est trop tard, qu'on va s'écrabouiller. Elle peut se le permettre maintenant, puisque la gauche est désormais responsable de tout. Que pourtant le pire aurait pu être évité. "Ah, si seulement Hollande n'avait pas promis d'engager toutes ces dépenses !... Nous n'en serions pas là...".

La gauche n'a pas joué la carte de l'Apocalypse car elle voulait le Palais Bourbon. Maintenant qu'elle l'a obtenu, il va bien falloir passer par la case 'mauvaises nouvelles'. Pour éviter que celles-ci ne soient imputées au nouveau pouvoir, il faudra les annoncer très rapidement : "Françaises, Français, chers compatriotes, l'état des finances nationales laissées par l'UMP est catastrophique, encore plus préoccupant que nous ne le craignions. La France est littéralement au bord du gouffre. Nous reprenons la gestion de l'Etat en ces moments de grands périls pour notre pays. Mesurant la responsabilité qui est la nôtre, les décisions que nous prenons aujourd'hui traduisent l'urgence de... bla-bla-bla".

Le Français frémira d'indignation, scandera sa colère, brandira sa pancarte. Il regardera derrière lui : des années de contestations. Il regardera devant lui : des années d'incertitudes. Une seule constante, un seul fil conducteur : l'insatisfaction. Mais qui pourrait se satisfaire d'avancer continuellement dans le brouillard ? Sans jamais savoir où et quand il arrivera.

Le Français n'est pas plus bête qu'un autre. Mais il est mélomane. Il aime le chant... des sirènes. Il voyage à l'oreille, négligeant le cadran rébarbatif de la boussole.

En ce 17 juin 2012, alors qu'on continue de foncer droit dans le mur, on a jeté par la fenêtre la plupart des boussoles que nous avions encore. Et on a monté le son. Comme d'habitude.

Tiens, il est minuit passé. On est le 18 juin 2012.

Le changement, c'était hier.

 

C'est du blabla

Tu peux pas parlé clairement? Tu est de quelle coté ?

Portrait de Un âne à Nîmes

Complément d'information

Franz, je crois que ton jeune lecteur te demande si tu es "de la coté gauche" ou "de la coté droite". Je crois qu'il attend une réponse très courte. Langage SMS souhaité.

 

Portrait de Franz Bonhomm

Je lui répondrai plus tard...

... mais j'attends qu'il ait fini la première phase de sa croissance, celle où les connexions neuronales sont enfin établies. On n'y est pas encore : pour l'instant, 99% de son activité cérébrale sont monopolisés par les fonctions respiratoire et digestive. Respirer, manger et chier.

 

Mort de rire

mdr comme disent les jeunes. @ Franz j'ai presque 29 ans alors arete de te la raconté et repond a la question si t'est un gaucho ou non. moi je sais que oui mais je veut que tu te denonce tout seul

Portrait de Un âne à Nîmes

"Presque" 29 ans ?!?

Hey Admax, je te donne un truc pour tes prochains plans mytho : passé un certain âge, disons 19 ou 20 ans, un adulte n'a plus "presque" X années au compteur. Il a X années jusqu'à la date de son anniversaire, à partir de laquelle il annonce X+1. Le "presque" est une précision infantile. Il en va de même pour "et demi". Tu as déjà entendu un adulte dire : "j'ai 45 ans et demi" ?

La prochaine fois que ton papa viendra te faire un bisou dans le lit pour que tu dormes bien, pose-lui la question : "DIs papa, tu as quel âge ?". Tu verras que j'ai raison.

Remarque, il risque bien de te répondre : "T'es con ou quoi ?, tu sais bien l'âge que j'ai, je te l'ai dit au moins vingt fois: j'avais 28 ans quand tu es né, juste avant l'effondrement du World Trade Center. Fais le calcul toi-même, si t'en es capable sans t'aider de ton phone. 'Tain, des fois quand je t'entends, ça me rappelle mon pressentiment à la maternité, quand je trouvais que la couveuse faisait un drôle de bruit".

 

Franz, tu avais raison pour les 99%. Respirer, manger et chier. Reste à savoir à quoi lui sert le dernier pourcent...

 

Portrait de Franz Bonhomm

A faire chier

(et là, il est en surrégime).

Gamin, toi qui t'affubles du pseudo prétentieux 'Admax', j'ai une fille qui doit avoir à peu près ton âge (ou à peine plus). Quand elle communique par SMS avec celles et ceux de son âge, elle fait ce qu'elle veut. Mais si elle osait m'envoyer un mail avec le quart des fautes d'orthographe avec lesquelles tu pollues ce site, elle se serait déjà fait sucrer son argent de poche pour quelques bons mois.

Je répondrai à ta question lorsque tu auras répondu à la mienne : "écris-tu ta langue natale comme un réfugié kossovar qui serait en transit ici parce que tes professeurs n'ont pas su s'adapter à ton rythme lent, ou parce que - indépendamment du corps enseignant - ton rythme se confondait avec l'inertie ?

Moi, je sais que tes professeurs n'ont rien à se reprocher, mais je veux que tu te dénonces tout seul.

 

Portrait de admin

Messieurs, un peu d'indulgence

Notre jeune lecteur traverse certainement une période où il a besoin de provoquer. Nous sommes tous passés par là, il y a un certain temps déjà - et un temps certain, en ce qui me concerne ;-) . Vous pourriez faire preuve d'un peu plus de compréhension à son endroit, ou au moins d'indifférence.

 

Portrait de Un âne à Nîmes

Mèèèèèèèèè...

... y fait rien qu'à nous énerver, m'sieuuu !!!