Bienvenue en Egypte

Le pays des doigts de l'homme

Peu importe mon vrai nom, mettons que je m’appelle Moundir. Je vis dans la banlieue du Caire. J’adore mon pays, et j'adore la culture de mon pays. Pour ceux qui ne le sauraient pas, nous sommes le berceau de toutes les civilisations.

On a fait une espèce de révolution l’année passée. Enfin, je dis "on"… moi j’y étais pas. Je voyais pas trop l’intérêt. A l’époque, ce qu’on pouvait en retirer, au mieux, c’était des coups de matraque. Au pire des balles. Depuis, le régime Moubarak a été remplacé par ce truc… la démocratie. J’aime bien, mais je vois pas ce que ça change.

Apparemment, la démocratie, ça veut dire que le peuple choisit lui-même ses dirigeants. On a organisé les élections, et pourtant la place Tahrir n’a pas désempli : il y a plein de mauvais joueurs qui prétendent qu’on leur aurait volé leur révolution, que c’est l’armée qui dirige vraiment le pays, qu’on serait loin d’une vraie démocratie, que tanani et que tanana. Franchement, tout à fait entre nous, je comprends toujours pas ce qu’ils veulent, ces gens amassés place Tahrir. Et pourtant, j’y suis tous les jours. Je raterais ça pour rien au monde.

Que je vous explique… Moi, je suis pas marié, pourtant je suis largement en âge de. Depuis des années, les femmes, je les vois passer au loin. Peu importe les raisons, je vois pas - dans l’état actuel des choses - comment je pourrais avoir une femme à moi et en profiter avant quelques bonnes années.

Mais je me laisse pas abattre : j’ai trouvé des solutions. Je fréquente les endroits où les gens s’agglutinent. Les marchés, le bus, les manifs. En ce moment, c’est pas ce qui manque, un peu partout dans la ville. Je rentre dans la foule, je repère les salopes. C’est facile à trouver : ce sont toutes celles qui sont non-accompagnées d’un homme de leur famille. Peu importe qu’elles fassent soi-disant leurs courses, ou se déplacent ou manifestent, je suis pas dupe : la grosse majorité sont là parce qu’elles ont un gros fond de putes en elles. Sinon pourquoi elles seraient là sans leurs maris, leurs pères ou leurs frères ?

Je rentre dans la foule, je repère la salope. Je me colle. Et je lui passe des pognes. Ma main sur sa cuisse, je caresse, j’agrippe. Je lui pince le cul, je pétris le nichon. ‘Faut faire vite, elle va se barrer d’un moment à l’autre. Elle se barre. Mais sans protester. Une honnête femme aurait fait un scandale, je suppose. La salope non. Elle reçoit ce qu’elle est venue chercher, et puis elle se barre en silence. Quant à moi, je passe à ma prochaine salope.

En ce moment, avec les manifestations place Tahrir, je bois du petit lait. Il y a de tout là-bas. De l’égyptienne, de la turque, de la musulmane, de l’infidèle, de l’américaine, de la française, de la brune, de la blonde, de la pute de toutes les couleurs. Il y a même de la noire. Mais ça, je touche pas. Enfin si, quand il y a rien d’autre, mais j’aime pas trop. J’ai du respect pour moi-même quand même.

Place Tahrir, on est quelques-uns à avoir le même plan. D’un côté, pour moi c’est une concurrence, d’un autre côté c’est plus facile parce que ensemble, on peut facilement choper de la pute. Si elle est accompagnée de mecs, on l’entoure, on l’emporte plus loin, plus au milieu de la foule, on l’isole. Les mecs qui l’accompagnent essaient de s’interposer, mais on est nombreux, on leur casse le nez et quelques dents, et on est tranquilles. Une fois qu’on est tous autour d’elle, on lui arrache les vêtements, et le festin des doigts peut commencer. Je vous raconte pas tout ce qu’on lui passe, à cette pute. Elle gueule mais ‘faut pas me la faire : si elle est venue là, elle avait bien sa petite idée derrière la tête. Ou ailleurs. Des fois, quand elle exagère à hurler, elle se mange quelques baffes aussi. La méthode a fait ses preuves, c'est notre armée qui nous l'a apprise. Tôt ou tard, quelques connards parviennent malgré tout à la libérer et à l’emmener diable sait où, mais on a eu le temps de bien en profiter.

La dernière fois, c’était une petite Américaine ou Anglaise, ou peu importe. Elle parlait anglais. Elle gueulait "Help" et "No" et "Please". J’en ai encore son odeur sur mes doigts. Un grand moment, un de mes préférés.

Je suppose que si j’avais une femme à moi, je fréquenterais moins la place Tahrir. Je pourrais passer à autre chose. Parce que les pognes et les doigts, c’est sympa, mais en attendant, il faut quand même se finir à la main après. Bah, je suppose que Dieu m’accordera femme quand il Lui plaira. En attendant, je me paie sur ces salopes indignes.

L’autre jour, je discutais avec un pote qui parle anglais. Il paraît que dans la presse étrangère, on nous traite de frustrés sexuels, de minables, et même d’animaux. Qu’est-ce que j’en ai à foutre, de ces mécréants dégénérés ! Qu’ils viennent nous le dire en face ! Qu'ils viennent Place Tahrir, tiens…

Si c’était vraiment des hommes, des vrais, déjà ils interdiraient à leurs femmes de se comporter comme des salopes, pas voilées, seules dans la rue au milieu des hommes. Ces Occidentaux, ils n’ont vraiment aucun respect pour eux-mêmes. Quand on ne contrôle même pas sa femme, on n’a qu’à fermer sa gueule. Ce sont eux les animaux !

D’après mon pote, les médias étrangers prétendent qu’en Egypte, même les femmes voilées sont victimes de harcèlement sexuel et de viols. Mais qu’est-ce qu’ils connaissent aux musulmans et à l’Islam, ces porcs d’infidèles ?!? Des salopes qui mettent le voile juste pour se donner une bonne image, nous autres on les repère à des kilomètres. Place Tahrir notamment, j’en sais quelque chose…

Une bonne musulmane, c’est bien plus que des vêtements décents qui cachent tout le corps, c’est une attitude, c’est de la discrétion, du respect pour elle-même, pour son mari, pour les hommes de sa famille. C’est inexplicable ! Ils n’ont qu’à lire le Coran pour comprendre ça, ces ignares étrangers. Mais ils en sont bien incapables, dégénérés et dépravés sexuels qu’ils sont. Tout ce qu’ils savent faire, c’est salir l’Egypte et les Egyptiens. Et même les Egyptiennes d’ailleurs !

Je veux dire : les vraies Egyptiennes. Celles qui ne s’avilissent pas à fréquenter des hommes dans des manifestations. C’est pas un endroit pour les honnêtes femmes !... La politique, ça doit rester une affaire d’hommes. La place Tahrir, ça doit rester une affaire d’hommes.

D’ailleurs, je dois y aller. Des fois qu’il y aurait des femmes.

 

c'est sanser dénoncer

c'est sanser dénoncer quelques males égyptiens ou l'islam ou les deux ? c'est pas la premiere fois que l'âne à Nimes fait l'ambigu et en profite pour glissé un nouveau texte raciste. c'est un site raciste ici? si oui pourquoi vous n'anoncer pas la couleur?

Portrait de Edith Paf

la réalité,

est ce qu'elle est.Je ne vois pour ma part pas de racisme dans ce texte, en revanche, j'y vois des mecs coincés dans des dogmes religieux d'un autre âge.Moi, je ne porte pas le voile, je ne suis pas musulmane, je suis athée d'ailleurs et c'est pas pour ça que je suis une pute!Ce texte me fait penser au très beau film de Jaffar Panahi, "le cercle", tu fais une fille, on te fout dehors dans la rue, avec ta fille, et pour t'en sortir, la seule solution est de vendre son corps....à des mecs qui ont eux-m^mes foutu leur femme dehors parce que le hasard les a fait accoucher d'une fille!!!

Hair les femmes, les traiter comme de animaux, voilà ce que je vois moi, et ça se passe dans un pays où la religion muslmane prédomine, je ne vois pas en quoi ce texte est raciste!il est malheureusement un constat tragique de l'ignorance, la frustration, et la récupération de ceux qui ont un pois chiche à la place du cerveau