Tohu-bohu

Regards entremêlés sur notre joli monde...

Le divorce pour tous

 

En ces sombres heures, je m'apprêtais à me fendre d'une oraison funèbre. Un truc poignant, dans le vibrato. A la Malraux, tiens !!!...  Et puis je me rendis compte que non. Il n'y a pas de mot pour exprimer le déchirement que je ressens là, au plus profond de moi-même.

Je me retourne et, en fermant les yeux, je contemple ces dix dernières années. Nous, Français, les appelions les Dix Merveilleuses. UMP mon amour. J'ouvre les yeux et regarde le champ de bataille, jonché de cadavres. Adieu mon amour.

Les petits pains au chocolat n'auront plus jamais le goût que tu leur donnas.

 

L'innocence des uns, l'incadescence des autres

L'innocence des Musulmans. Qu'y a-t-il donc dans ce film pour provoquer autant de violence ? Je l'ai visionné sur Internet : j'y ai trouvé des fragments de réponse. Des fragments seulement.

Ce film, puisqu'il faut malgré tout donner un nom à "ça", est un concentré de bêtise crasse. Un enfant de six ans, élevé par des membres de l'aile droite du KKK, aurait pu en écrire le scénario, à considérer qu'il y ait eu l'écriture d'un script avant le tournage. Ce qui ne me semble pas être un fait acquis.

Ce film est un concentré d'insultes puériles, de celles qu'on entend fuser à la cour de récréation. L'affligeante immaturité des dialogues me renvoie une nouvelle fois à la plus grande perplexité quant à l'âge du réalisateur de "L'innocence des Musulmans". Si pas l'âge réel, au moins l'âge mental.

Bienvenue en Egypte

Le pays des doigts de l'homme

Peu importe mon vrai nom, mettons que je m’appelle Moundir. Je vis dans la banlieue du Caire. J’adore mon pays, et j'adore la culture de mon pays. Pour ceux qui ne le sauraient pas, nous sommes le berceau de toutes les civilisations.

On a fait une espèce de révolution l’année passée. Enfin, je dis "on"… moi j’y étais pas. Je voyais pas trop l’intérêt. A l’époque, ce qu’on pouvait en retirer, au mieux, c’était des coups de matraque. Au pire des balles. Depuis, le régime Moubarak a été remplacé par ce truc… la démocratie. J’aime bien, mais je vois pas ce que ça change.

Apparemment, la démocratie, ça veut dire que le peuple choisit lui-même ses dirigeants. On a organisé les élections, et pourtant la place Tahrir n’a pas désempli : il y a plein de mauvais joueurs qui prétendent qu’on leur aurait volé leur révolution, que c’est l’armée qui dirige vraiment le pays, qu’on serait loin d’une vraie démocratie, que tanani et que tanana. Franchement, tout à fait entre nous, je comprends toujours pas ce qu’ils veulent, ces gens amassés place Tahrir. Et pourtant, j’y suis tous les jours. Je raterais ça pour rien au monde.

Germaine, vite !

Va mettre les petits à l'abri !

Voilà, c'est fait. Ils l'avaient annoncé pourtant : c'est la fin du monde en 2012. Hollande est passé !

Mais ça va être la guerre !!!

Française, Français, courez vite au magasin, faites des provisions. Achetez du sucre et du café. Faites le plein d'essence. Rentrez chez vous, déposez tout ça dans la cave, et allez refaire des courses. Hollande est passé.

Il paraît que des armées d'immigrés arabes et noirs sont en ce moment même en train de traverser les frontières de la patrie. Les douaniers les en auraient courageusement empêchés mais ils n'ont rien pu faire, vu qu'ils n'existent plus depuis que l'Europe a supprimé nos frontières. Il paraît qu'ils marchent sur Paris, suivis par des marées de femmes en burqa. Hollande est passé.

Ségo ou la politique des mouches

Tu vas voir qu'on va encore me taxer d'anti-Ségo primaire (sic), mais quand un truc me reste sur le bulbe, 'faut que je m'en débarrasse.

La mère Royal a déclaré au Figaro à propos de son ex-compagnon (et actuel concurrent) François Hollande : "Citez-moi une seule chose que ce type a fait en trente ans de vie politique". Et elle en a profité pour glisser la petite idée gentillette que la Martine n'a de la vie politique qu'une petite expérience : celle de la loose.

Bravo les gars !

Y'a pas à dire, vous rassurez grave.

Je me rappelle, il y a quinze jours, tous les chefs d'Etat européens se gargarisaient avec cette fameuse réponse forte de l'Europe aux inquiétudes des marchés. Apparemment, c'était leur seul objectif : les mecs qu'on élit à la tête de nos pays ne servent plus qu'à ça... rassurer les marchés. A peine ont-ils fini leur passe dans ce monde clos de la haute finance, que ça repart en nouilles. Il faut se rendre à l'évidence : quoi qu'ils fassent, quels que soient les sacrifices qu'ils imposent aux blaireaux qui bossent vraiment pour produire quelque chose de concret, nos gigolos de luxe n'arrivent pas à contenter le client. Les investisseurs restent et resteront inquiets.

Et si on zigouillait tous les pédés ?

Avantages et inconvénients du projet

J'ai eu cette idée en lisant un mail d'Avaaz.org qui appelait les internautes du monde entier à manifester leur opposition à un projet de loi anti-gays en Ouganda.

Et je m'suis dit : "Attends mon garçon, avant de faire ton humaniste, réfléchis d'abord à toutes les possibilités pour traiter c't'affaire". V'savez quoi ? Y'en a pas cent mille : juste trois.

Première piste: accepter la différence et défendre le droit des gens d'aimer qui qu'y veulent. Spontanément c'est celle-là que je plébisciterais, mais bon, y's'trouve k'chui un intellectuel, et c'est pas pass'que perso j'ai rien contre les homos que forcément je dois refuser  sans réfléchir les idées d'ceux d'en face.

Deuxième piste : tolérer les pédés à condition qu'y fassent leurs cochonneries discrètement, du genre en cachette. Serait donc officielement interdit : vivre ensemble, baiser, s'enlacer, s'embrasser, s'tenir la main, s'regarder de manière évocatrice, avoir des manières efféminées (ou masculines pour les femmes), danser côte à côte, s'réunir dans des cafés ou des lieux "à eux", faire des allusions à leur vice dans des réalisations artistiques, avoir accès à la fonction publique, avoir accès aux médias, et deux trois autres petites règles qui feraient que la société s'rait préservée.

Cretinium demens

Ebauche d'étude sur la connosphère religieuse

 

Ce qui est bien pratique quand tu fais partie de la masse compacte des abrutis congénitaux, c'est que la vie t'offre mille et une occasions d'exprimer ton abyssale connerie. C'est comme une revanche, comme une consolation, comme une loi immuable de la nature : tout individu épais du bulbe n'aura de cesse, durant toute sa vie, de pourrir celle de ses contemporains en les éclaboussant de sa connerie visqueuse.

Pourquoi il ne faut pas faire de caprice

L'histoire du vilain petit Lolo

—     Eh bien eh bien, Laurent, quoi que n’y a ? Pourquoi q’tu boudes ?
—     M’en fous, c’est moi que j’ai gagné !
—     Mais non Laurent, tu n’as pas gagné. Tu as perdu les élections. Mais c’est pas grave, tu feras mieux la prochaine fois.
—     Nan ! C’est moi que j’ai gagné !
—     Ce n’est pas vrai Lolo, et tu le sais. Il faut être bon perdant, et laisser la place à ton camarade.
—     Nan. M’en fous, veux pas.
—     Laurent, maintenant ça suffit ! Tu as perdu, tu ramasses tes jouets et tu t’en vas maintenant !
—     Nan !
—     Lolo, tu es vilain. Si tu n’obéis pas, la communauté internationale va être très fâchée contre toi. Et tatie France va te donner une fessée.

Des nouvelles d'Iman

Rappelez-vous, c'est la fille qui, il y a quelques semaines, a déboulé dans l'hôtel des journalistes à Tripoli, accusant les hommes de Kadhafi de l'avoir kidnappée, torturée et violée. Elle s'était fait aussitôt embarquer - manu militari - par des mecs du régime, malgré les protestations des journalistes présents. D'ailleurs, cela avait failli virer à la baston générale.

CNN a pu retrouver cette femme : son nom est Iman Al-Obeidi. Elle a accordé une interview à la chaîne américaine. La vidéo ci-contre, en VO (désolé pour ceux qui ne parlent pas anglais : je n'ai pas trouvé la version traduite).

 

Syndiquer le contenu