Le vrai scandale

L'affaire DS4

Le message est clair : brillez, tous feux éteints !

 

Tu n'as rien à dire ?

Tu n'as rien à penser ?

Tant mieux. Notre civilisation t'accueille à bras ouverts.

Ne te casse pas la tête.

Casse ta tirelire.

Ça suffira.

 

 

 

Dans notre lycée

Le cas de Nadir

Madame, si je vous ai demandé de venir, c'est parce que votre fils a eu une conduite à la fois inqualifiable et inquiétante, en écho aux évènements tragiques à Toulouse. Vous êtes certainement au courant.

Qu'est-ce qu'il a fait, Nadir ?

Mais rien, maman. J'ai le droit de dire ce que je pense. Style c'est la démocratie, mais dès qu'il s'agit de religion, tout le monde il vaut mieux qu'il ferme sa gueule !

Nadir, ce n'est pas à toi que je parle, c'est à ta maman. En plus, il ne s'agit ni de démocratie ni de religion, tu le sais parfaitement !

Qu'est-ce qu'il a fait, mon fils, monsieur ?

Mohamed Merah, les média et le "pérorisme" intellectuel

Comment assiéger un consommateur d'infos pendant des heures

... jusqu'à ce qu'il se rende. Mode opératoire...

Je tiens à informer ceux qui sortent à peine d'un coma de plusieurs semaines, ou qui viennent de rentrer d'un voyage initiatique au Ladakh, que le tueur de Toulouse et Montauban vient d'être identifié ; il est actuellement assiégé par la police dans son appartement à Toulouse. Je le dis à cette catégorie de Français, parce que pour tous les autres, ça m'étonnerait qu'ils l'ignorent. Avec le show que les professionnels de l'information nous ont fait aujourd'hui, impossible d'être passé à côté des faits, des origines des faits, des conséquences des faits ou de toutes autres projections.

Place du Tron

 

Bon, ça nous sortira pas de la crise, ça nous fera pas récupérer le triple A, ça nous rendra même pas plus fute-fute.

Mais c'est inventif, et je voulais saluer la performance (malgré la pub au début).

Et puis c'est tout.

 

Dans notre lycée, la réunion parents - professeurs

Le cas de la petite Hélène

Et voilà la petite Hélène. Bonsoir Monsieur, vous êtes son père ?

Non, je suis son tuteur.

Ah oui, c'est vrai, où avais-je la tête ? En conseil de classe, nous avions activement promu ce tutorat. Ecoutez monsieur, cette petite nous inquiète au plus haut point. Elle prend actuellement une très mauvaise direction. Ses notes sont catastrophiques.

Je sais, monsieur le professeur. Croyez bien que je fais tout ce que je peux pour lui faire entendre raison. Mais elle est si rebelle !

En effet. Rebelle et violente ! Nous oeuvrons tous pour son bien, mais elle rejette tout et tout le monde !

Tu entends ce que dit monsieur le professeur, Hélène ? Pourquoi tu ne veux pas travailler, au lieu de traîner dans la rue ?

Un an plus tard :

Le syndrome FuckYouShima

Ayons plutôt de vrais débats : halalophile ou halalophobe ?

Il y a un an, la catastrophe de Tchernobyl se reproduisait, dans un pays autrement mieux organisé que ne l'était l'agonisant URSS des années '80.

Tout au long des mois qui ont suivi les fuites radioactives de Fukushima, les cafouillages et toutes les approximations, les Français se sont affrontés : sortir du nucléaire ?, ne surtout pas en sortir ?, avec quel pognon d'ailleurs ?, mais quelles sont les alternatives ?, etc etc.

Et je me rappelle des commentaires des journalistes à l'époque : "à un an des élections présidentielles, nul doute que la délicate question nucléaire fera peser de tout son poids sur le choix des futurs candidats", "et au fait, qu'en pense le grand favori, Dominique Strauss-Kahn ?", j'en passe et des meilleures...

Comment te dire, sans te vexer ?

Nous aussi, on avait besoin de toi !

... depuis 2007

Quoi que n'y a, Nicolas ?... Tu veux qu'on t'aide ?, tu as besoin de nous ?... C'est con, ce qui t'arrive.

Tu te retrouves exactement dans la même position que nous, il y a cinq ans. Je me rappelle, on cherchait quelqu'un de confiance, on prêtait attention à tout ce que vous disiez, Ségolène et toi. On en parlait en famille, au bureau, entre amis. Qui c'est qu'il faut choisir ?

'Faut dire qu'on était inquiets, en 2007. Nous avions besoin d'un vrai projet de société, d'un deuxième souffle, enfin ! Tu bougeais si bien, si vite : un coup ici, et l'instant d'après, magie !, tu étais déjà ailleurs. Partout. Ah, pour la bougeotte, tu étais fort. Pour la comm' aussi d'ailleurs. "Travailler plus pour gagner plus", rien à dire, respect pour ton art.

En 2007, on pensait être dans la merde.

Comment réduire le taux de chômage...

La piste grecque

On n'arrête pas de nous asséner, encore et encore, l'exemple de l'Allemagne pour sortir de la mouise. Comme si toutes les idées géniales avaient un auxiliaire en fin de proposition gerejetet.

Alors qu'il suffit de regarder un peu autour de nous. Il y a plein de p'tits gars futés, des dirigeants audacieux du sud de l'Europe, qui manquent pas d'imagination pour faire baisser le taux de chômage, réduire les dépenses de l'Etat, et tout et tout...

Bon, j'en dirai pas plus. Le reportage se suffit à lui-même.

 

 

"... Et vous le savez très bien !"

Ode à la clairvoyance de nos chefs

 

Chouette, ça repart !

Tous les quatre-cinq ans, il y a des tics de langage qui reviennent à la mode. J'ai remarqué - mais je peux me tromper - que ça coïncide la plupart du temps avec l'arrivée des élections. C'est comme les joies du jardinage : on plante, on sème, et un jour on cueille. Là, en ce moment, c'est le "Je ne peux pas vous laisser dire ça" qui est en fleur. Le "Dois-je vous rappeler que" déploie également ses pétales, pour notre plus grand bonheur, car on sait qu'il précède de peu l'incontournable "Et vous le savez très bien"...

Je m'éclate. La gauche se pourrit avec la droite, le centre-droite se pourrit avec le centre-gauche, l'extrême-droite se pourrit avec tout le monde. Ils sont tous au jus d'un truc qu'ils miseraient tous leur mère, tellement ils sont sûrs que c'est la vérité. Et chaque fois en face, c'est l'indignation, le regard torve, le menton tremblant de colère.

Syndiquer le contenu