Ed Sheeran, vous connaissiez ?

 

Moi non plus.

 

J'avais pour projet de finir la semaine avec un bon gros Taratata, qui annonçait en tête d'affiche les Red Hot Chili Peppers, en pleine promo pour leur nouvel album. Je n'ai pas dû m'armer de patience : c'est le groupe californien qui a ouvert le bal.

Pas mal. Professionnel. Propre. Pas de quoi en perdre le sommeil non plus.

C'est finalement un autre artiste qui m'a scotché : un gamin, un petit rouquin qui ne payait pas de mine lorsqu'il s'est approché du micro. On lui aurait filé un billet pour qu'il aille s'acheter un peu de charisme. Mais c'était avant qu'il n'ouvre la bouche.

Comme un sale pressentiment...

Bonjour, camarades et frères usagers de la Seuneuceuf !

Z'avez remarqué ?, ils nous ont mis une belle pub, bien chiadée comme il faut. Elle est sympa, non ?

Ça ne présage rien de bon : ils nous prépareraient des augmentations de tarifs que ça m'étonnerait qu'à moitié de pas du tout. C'est comme EDF ou GDF : à chaque fois qu'ils louchent du côté de notre porte-monnaie, ils nous envoient les créatifs en éclaireurs.

Ou alors pire : ils veulent ouvrir le capital aux fonds privés. Bref, faites vite l'entretien de votre bagnole. J'ai deux cheminots dans ma famille, je les entends d'ici... "Quoi ?! Privatiser la SNCF, même partiellement ? Mais tu grèves !"

Protéger coûte que coûte

Le roi, la reine, les fous et les tours

Les grands dirigeants politiques aiment les jeux de stratégie. Mais peu se révèlent être de très bons joueurs d'échecs. Les amateurs médiocrement doués font généralement la même grossière erreur : sacrifier systématiquement tous les pions pour protéger les pièces "importantes". Chronique d'un mat annoncé...

Bruxelles, septembre 2011. La partie s'annonce mal sur l'échiquier européen, éclairé par trop peu d'esprits visionnaires. Quelques rares fulgurances, mais surtout une masse pesante de petits joueurs. Et pendant que je parle, voilà à nouveau un pion sacrifié, offert à "l'adversaire"...

"Et maintenant, on va où?"

L'humanisme serait-il une part de naiveté, essentielle?

Après avoir raté 'Au revoir', qui n'a pas été sélectionné dans les cinés près de chez moi, j'ai enfin pu me délecter d'un film d'origine étrangère, de Mme Nadine Labaki.

Passant des larmes aux rires, filmé sous le soleil du Liban, ce film me laisse un sentiment inoubliable d'humanité retrouvée.

L'abnégation, le courage, la vie devant la mort. Dans ce joyau, les extrêmes se côtoient, en se laissant la place.

Si j'ai bien compris la version de DSK...

Je vais pas faire mon snob : oui, comme les trois quarts de mes compatriotes, je me suis fini devant le JT de la mère Chazal, ce dimanche 18 septembre de l'an de grâce 2011. Pas tellement que je voulais connaître l'angle d'approche de TF1 par rapport à la victoire en demi-teinte des Français aux championnats du monde de rugby... évidemment que non. Je voulais mater Pervers Pépère, comme tout le monde. Et si j'ai bien compris, on a tout compris de travers en France.

Voui, DSK a connu bibliquement Naphtalissatou. Voui, il a commis l'adultère. Voui, il a péché. Mais vnon, il l'a pas violée. Vnon, il lui a pas pété l'épaule. Vnon, l'a pas contrainte à quoi que ce soit. Et même pas il l'a payée.

Bon. Admettons. Dans ce cas, si c'était même pas une relation tarifée, quelle conclusion en tirer ?... Voyons voyons... en même temps, y'en a pas deux mille non plus: d'après le scénario de Pépère, la seule possibilité est une espèce de coup de foudre aussi sensuel que mutuel entre les deux jeunes gens.

Juste après son arrestation, on avait eu droit à un film d'animation en 3D, qui reprenait le scénario de la plaignante. Quek'chose me dit qu'on aura pas un autre film avec la version de DSK, telle qu'il l'a livrée sur TF1. A moins que Marc Dorcel soit déjà sur le coup. Dans cette hypothèse, je propose humblement un scénario, que j'aborde comme ma participation à la manifestation de la vérité, en forme de docul-fiction, à l'attention des historiens et des générations futures.

La société de loisirs selon Berlusconi

Le pouvoir à usage récréatif

Finalement, nous n'avons pas trop à nous plaindre, en France. Parmi nos politiques, on a aussi des spécialistes de la braguette magique (oh, c'est rigolo, elle bouge toute seule !), mais au moins quand ils se font gauler la quéquette à la main, ils regrettent leur légèreté, ils font les pas-fiers, et s'ils ne présentent pas explicitement des excuses à ceux qui ont cru en eux, leur profil bas est en soi un retour à la décence.

A quelques centaines de kilomètres de chez nous, on dirait que les règles du jeu sont un peu différentes. Papy Berlusconi, président du Conseil Italien, 74 ans, collectionne les scandales de cul comme si c'était des capsules de bière. Quant aux excuses...

Anticipation

Assurance

Pour une fois qu'un homme anticipe, c'est tout à son honneur. Nicolas, il a l'air comme ça, mais il sait très bien ce qui l'attend après son mandat électotal. Cet homme a, comme tout le monde, certaines qualités, mais elles étaient émergentes. Maintenant qu'il a fait son choix entre l'oeuf et la poule....il se prépare à aller en taule. Très fort. Je n'irai pas jusqu'à "respect".

 

Transfert intergénérationnel des connaissances

Le merdier des primaires socialistes expliqué à Juju

... mon neveu de cinq ans

- Tonton ?...
- Oui Juju.
- Je peux regarder "Le Roi Lion" ?
- Oui. Après.
- Pourquoi pas maintenant ?... C'est pas rigolo, ça. La madame et les gens, y font que parler. On sait même pas qui c'est.
- Détrompe-toi Juju, c'est très rigolo. C'est le journal télévisé. Et la madame, c'est la présidente du Conseil Régional de Poitou-Charentes.

Ségo ou la politique des mouches

Tu vas voir qu'on va encore me taxer d'anti-Ségo primaire (sic), mais quand un truc me reste sur le bulbe, 'faut que je m'en débarrasse.

La mère Royal a déclaré au Figaro à propos de son ex-compagnon (et actuel concurrent) François Hollande : "Citez-moi une seule chose que ce type a fait en trente ans de vie politique". Et elle en a profité pour glisser la petite idée gentillette que la Martine n'a de la vie politique qu'une petite expérience : celle de la loose.

Syndiquer le contenu