Tohu-bohu

Regards entremêlés sur notre joli monde...

Et de temps en temps...

Une décision qui fait honneur à la devise nationale

(il faut aussi reconnaître quand le pouvoir est inspiré)

 

Eric Besson propose l'asile politique à 150 chrétiens irakiens,

(avec une priorité donnée aux survivants du massacre de la Toussaint, ainsi qu'à leurs familles).

 

Ces cent cinquante personnes rejoindront les 1300 Irakiens appartenant à des minorités religieuses vulnérables, déjà accueillis par la France depuis 2007.  Cela ne changera sans doute pas la vie de la communauté chrétienne en Irak, et n'apportera aucune réponse au chaos dans lequel vit ce pays. Cependant, il est bon de constater que, en dépit de récentes décisions peu lisibles et d'effets de manche médiatiques, le gouvernement français témoigne encore de son attachement aux valeurs de fraternité, de défense des opprimés.

Violents incidents dans les quartiers est : un insurgé nous explique

Les raisons de la colère

Croix Croissant

Plus je réfléchis, plus je trouve que je vis dans une drôle de ville. Hier, il y a encore eu des émeutes dans mon quartier. Comme avant-hier, comme la semaine passée, comme depuis toujours. Aussi loin que je me souvienne, mon quartier a toujours été comme ça.

En tout cas, beaucoup de monde dans cette ville – beaucoup trop de monde à mon goût – s’intéresse à ces quelques pâtés de maisons et ces quelques rues où j’ai grandi et où j’aimerais continuer à vivre ma vie dans le strict respect de la loi de Dieu et des traditions. Un jour peut-être on sera tranquilles, entre nous. On en rêve des fois. Mais en même temps, on ne sait pas vraiment à quoi la paix pourrait ressembler. Alors on continue à la chercher, les armes à la main.

Au fait, je ne vous ai pas dit : je m’appelle Christian, et avec mes potes François, Jean-Marie, Paul, Mathieu, Thomas, Jean et bien d’autres frères, on se bat depuis qu’on est gamins contre tous ces flics venus de quartiers lointains pour nous imposer leurs lois bâtardes. J’ai perdu des proches, tous ceux qui combattent à mes côtés ont perdu des êtres chers. Mais rassurez-vous : dans mon quartier, la vengeance est un devoir, et nous savons comment laver dans le sang chaque meurtre.

Syndiquer le contenu