Rue Gueuse

... malhonnête, malfamée, malformée, mal fréquentée. Malicieuse.

L'AFSSAPS bientôt à l'Olympia, avec son dernier succès :

Couci-couça dans le 'ni ça ni ça'

Pot-pourri de 77 grands tubes !

Vous connaissez l'AFSSAPS ?... C'est l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé. C'est bien trouvé, comme nom. Sur les six mots principaux, il y en a quatre qui inspirent confiance.

But there is a ball in the soup. L'AFSSAPS aurait retiré le Mediator du marché avec dix ans de retard. Je vous présente pas le Mediator : vous ne pouvez ignorer le scandale autour de ce médoc que si vous ne lisez jamais la presse, ni n'avez ni la télé ni la radio ni Internet ni des collègues ni des amis. Et si vous n'avez pas Internet, vous ne pouvez pas lire mon article. Donc voilà.

Hosni soit qui manigance

Et bonne année encore, Monsieur Moubarak !

Il paraît que Moubarak a affirmé sa volonté de mourir dans son pays. Bon, c'est tout à son honneur, mais je relève qu'il n'a pas précisé si c'était un projet à court ou moyen terme. En tout cas, ceux qui proposent un coup de main pour la réalisation de son projet ASAP, ont l'air d'y tenir aussi. A première vue, c'est une affaire qui s'engage bien.

Avec les copains, on avait parié hier sur la destination du prochain vol de Air Hosni One. Jean-Mi avait misé sur l'Iran. A la lumière de ce que je viens de trouver sur Internet, ça ne devrait pas remettre en cause sa réputation légendaire de looser.

Au-delà du fait que mon pote est bien parti pour se faire dépouiller de dix euros, j'aimerais relever plusieurs choses:

Carla Bruni-Sarkozy de gauche à droite

Quelques-uns qui m'ont dit...

... qu'ils meuglaient encore

L'épouse du président a récemment déclaré au Parisien qu'elle ne se sentait plus de gauche. Chacun jugera de l'impact de cette information sur nos vies.

Il n'entre pas dans mes intentions d'analyser ces déclarations : je m'empresse d'en prendre acte avant qu'elles ne désertent ma mémoire. En revanche, alors que je lisais un blog hébergé par Le Monde qui relayait les propos de Mme Bruni-Sarkozy,  j'ai eu l'occasion de parcourir les commentaires des autres lecteurs, qu'il sera désormais moins facile d'oublier : en grande partie, un ramassis de propos orduriers, haineux, frisant parfois les limites de ce que la loi permet. De plus, j'estime que certains sont injustes : que la première dame agace par ses manières, cela renvoie à la subjectivité de chacun. Mais qu'a-t-elle fait de monstrueux, par rapport à celles qui l'ont précédée à l'Elysée, pour mériter ce flot d'injures ?

Mesdames et Messieurs les Grands Justiciers, vous ne voulez plus être méprisés par cette élite installée au pouvoir ? Ne pensez-vous pas qu'en déféquant vos insultes vertigineuses de vacuité, et qui plus est de manière anonyme, vous vous montrez tout simplement... méprisables ?

Pour votre avenir, que préférez-vous ?...

La pendaison ou l'empoisonnement ?

Petit condensé de vision(s) politique(s) dans la France de 2011

Vous connaissez "Ce soir ou jamais" ? C'est parfois mortel, mais moi, j'aime bien ce talk-show en direct. Hier soir, le thème tournait autour des impôts: en faut-il plus, en faut-il moins ? Qui doit en payer plus, qui doit en payer moins ? Que faut-il changer ?.. Autant vous dire que hier soir, ça s'annonçait plutôt mortel et génocide neuronal : à titre préventif, j'avais déposé la zapette sur la table basse, pour pas qu'elle me tombe des mains au milieu du débat.

C'était sans compter avec le génie de Taddeï : le casting ! Et hier, il a fait très fort : à part Besencenot et Lavant (l'acteur), aucune tronche connue, pas de grande gueule qui puisse faire le buzz. Mais au fil du débat, une évidence se dégagea...

Avoir

Quignon sur rue

« Vous vous rendez compte, Monsieur Damme, vous rendez compte ? Ils tirent sur des gens qui ont faim ! Ils tuent leurs pauvres là-bas ! Où ils ont lu ça dans le Coran, où ?! Ils vont le payer très cher, c’est moi qui vous le dis, dans cette vie ou après ! ».

Je dis « oui », je dis qu’ils ne l’emporteront pas au paradis. Je ne crois pas au paradis, mais je sais que l’épicier y croit, et c’est ce qu’il a envie d’entendre. Alors je dis « oui », et je rentre chez moi en traversant la place Ravelin, sous la pluie glaciale de cette fin de janvier.

Il y a un jeune gars sous un arbre, appuyé contre sa maison à poignées, sa maison Tati. Tout en soufflant dans ses mains, il me décroche un regard : je ne le soutiens pas longtemps. Il n’a pas l’air commode.

Des chiffres et des lettres

Les chiffres du chômage

... et les lettres de motivation

4 051 700. C'est le nombre de pélerins en recherche d'emploi dans notre pays, fin 2010. Pas mal, non ?

Alors bien sûr, on pourrait gueuler contre le gouvernement, contre l'Europe, contre la crise internationale, contre la mondialisation, contre le China Town du coin de la rue. Sans oublier la spéculation financière (comme j'ai pas envie de me brouiller avec Guy Damme!, kess'ça m'coûte d'la citer ?). Et à tous les fléaux du 21ème siècle, j'aimerais en ajouter deux autres: la mentalité de rats qui sévit dans les entreprises françaises et... et surtout surtout surtout : les DRH !

Harpic WC, fraîcheur jasmin

 

C'est vrai, je suis pas forcément du genre au jus de tout. Souvent, je débarque. Là par exemple, je débarque.

Je me doutais que le Maghreb, c'était pas forcément "au pays de Candy", mais j'avoue que j'ignorais que la Tunisie était sous le joug d'une dictature. De la même manière, je découvre en ce moment que le régime égyptien n'est pas très loin de la "démocratie à la mode ben-alienne". Moi, je croyais que la dictature en Afrique du Nord, c'était uniquement la Libye, et dans une moindre mesure le Maroc. Et que les autres pays, c'était plutôt... disons: des Etats "soupe-au-lait" mais avec des dirigeants élus tout à fait démocratiquement et des structures à la fois solides et transparentes.

La lutte des sexes

Dans l'enfer des soldes

(Plaidoyer pour la paix des ménages et le shopping en solitaire)

Suite à la mise en pièces de mon seul manteau d’hiver, initiative peu inspirée de Tyson, mon con de boxer, qui a provoqué en moi un terrible désarroi – dont Tyson garde un souvenir mitigé d’ailleurs –, j’ai décidé ce week-end d’aller m’en acheter un nouveau.

Polémiques sur l'hommage à Céline

Voyage au bout de l'ennui

Nul doute possible : nous sommes bien en France. Les scandales succèdent aux éclats, et l'esclandre précède les indignations. Polémique, polémique chérie ! Tu es ici chez toi.

Pas un jour ne passe sans son lot de débats enflammés, d'apostrophes et d'invectives. Aujourd'hui, la polémique du jour concernait l'hommage à rendre ou ne pas rendre à Louis-Ferdinand Céline, l'écrivain français le plus contesté du XXème siècle, en raison de son antisémitisme et de son passé collaborationniste.

Arnaud Montebourg

L'art de donner une belle leçon...

... et un mauvais exemple.

 

Autant annoncer la couleur tout de suite: ça, c'est typiquement le genre de foutage de gueule qui me bourre sauvagement le flanc gauche (qui était déjà bien abîmé). Un mec qui nous explique la vie, et qui pense qu'il suffit de pérorer pour convaincre. Arnaud Montebourg, qu'il s'appelle.

Le contexte, c'est l'émission "Face aux Français" (ci-contre deux extraits de l'émission), où des personnalités discutent de leur vie et de leurs idées, et répondent à des questions que lui posent des Français comme vous et moi. Le père Montebourg, c'est le mieux coiffé et le mieux sapé des porte-parole français de la démondialisation.

Syndiquer le contenu